Les écologistes se réjouissent de la décision du tribunal administratif de Grenoble qui vient jeudi 16 juillet d’annuler un arrêté indispensable à la poursuite du projet de Center Parcs à Roybon (Isère).

Pour EELV, c’est une victoire éclatante du droit et de l’intérêt général face au groupe Pierre et Vacances.

Les écologistes sont fortement opposés à ce projet, véritable désastre environnemental qui menace la biodiversité locale et aberration économique, avec un budget pharaonique de 300 millions d’euros fortement alimenté par des subventions publiques.

L’arrêté relatif à la loi sur l’eau -qui avait été suspendu il y a quelques mois par la justice- vient cette fois d’être annulé suite à des doutes sur la légalité du projet pour cause d’absence de saisine de la Commission nationale du débat public et de doutes sur la suffisance des mesures prévues pour compenser la destruction de zones humides qu’aurait entrainé la réalisation du projet.

Si une bataille précieuse vient d’être gagnée, la guerre contre les grands projets inutiles et imposés continue de plus belle, de Notre-dame-des-landes à Sivens, de Nonant-le-Pin jusqu’au Lyon-Turin.

A l’approche de la COP 21 dont la France est pays-hôte, cette décision doit désormais fortement interpeller les pouvoirs publics et redéfinir urgemment les méthodes d’aménagement du territoire, afin d’en finir avec la politique du fait accompli et autre projets contraires à l’intérêt des habitants.

EELV dont sa tête de liste aux élections régionales pour la région Rhônes-Alpes Auvergne Jean-Charles Kohlhaas appellent désormais le groupe Pierre et Vacances à la raison et réclame l’abandon définitif du projet.

Julien Bayou et Sandrine Rousseau, porte-parole nationaux